المراكشية : بوابة مراكش /
قضايا مراكش والمغرب بعيون محلية

Marrakech se transforme en pôle universitaire

الخميس 10 يوليوز 2014

Une bonne offre universitaire adossée à une plateforme de recherche est capable de tirer vers le haut une région. Et c’est justement l’objectif que se fixe Marrakech.
Avec son offre actuelle  et celle programmée à court et moyen terme, Marrakech Tensift Al Haouz pourrait aspirer à ce positionnement. D’abord, celle qui émane du secteur public et qui est arrivée à se hisser aux premiers rangs.
L’université Cadi Ayyad de Marrakech se classe parmi les premières universités marocaines grâce notamment au dynamisme de sa faculté des sciences et techniques dont les enseignants publient régulièrement dans les revues internationales.
En quantité, l’offre de l’UCAM est très large. Elle dispose de plus de 110 filières accréditées dans les établissements à accès ouvert et 52 dans les établissements à accès régulé couvrant pratiquement tous les champs disciplinaires: sciences et techniques, lettres et sciences humaines et sciences juridiques, économiques et de gestion.
Seul bémol, le sureffectif que connaît l’université. Et pour régler définitivement ce problème,  Cadi Ayyad a lancé un projet de création d’un campus universitaire intégré à Tamansourt sur une superficie de 165 ha avec une extension de la capacité d’accueil à terme de 60.000 places physiques. Une programmation de quelque 10.000 nouvelles places par an à partir de 2015 va permettre de dépasser les contraintes liées au congestionnement de certains établissements générant malheureusement des instabilités de l’environnement immédiat.
Dans sa conception, le campus adopte une vision de mutualisation des ressources avec des locaux d’enseignement en gestion commune entre les établissements.
On y prévoit également des services aux étudiants (Cités, résidences et restaurant universitaires, Espaces pour les activités sportives et culturelles).
Enfin, le campus sera aussi ouvert au secteur de l’enseignement supérieur privé.
Qualitativement, l’UCAM est en train de revoir la carte de la formation pour faire le point sur l’ensemble des formations pour améliorer celles qui marchent et recadrer les autres en les adaptant aux besoins de la région, indique Abdellatif Miraoui, président de l’université Cadi Ayyad. «Il s’agit de répondre notamment aux besoins des entreprises tout en privilégiant une recherche de haut niveau tournée vers l’innovation aux standards internationaux», dit-il. Rappelons que Cadi Ayyad collectionne les distinctions.
En agissant dans le respect des normes et standards académiques internationaux, Cadi Ayyad figure dans les classements de réputation et de performance les plus prestigieux comme celui du SIR (SC Imago Institutions Rankings).
Elle a aussi été couronnée meilleure université marocaine dans le classement du Times Higher Education (THE), réalisé par Thomson Reuters.  Son projet de créer la Cité de l’innovation de Marrakech (CIM) devrait lui permettre d’asseoir un peu plus son excellence en la matière.
Le lieu hébergera les centres de recherche fédérant plusieurs laboratoires afin de mettre en valeur leurs principaux résultats, et aussi des plateformes regroupant des équipements lourds susceptibles d’intéresser les industriels.
Une double chance pour la région de Marrakech qui dispose aussi d’une université privée. Opérationnelle depuis 2005, elle est sise sur 36 hectares sur la route d’Amezmiz. L’université offre un enseignement de type anglo-saxon, avec plusieurs entités indépendantes financièrement les unes des autres, adossées à des équipements sportifs et de loisirs et une résidence de 600 lits. Le titre d’université privée tente plusieurs opérateurs dans l’enseignement privé. Ainsi, HEEC de Marrakech (4 filières accréditées) qui opère depuis 1990 dans la ville avec une double diplomation avec l’université de Bourgogne et de Montpellier. Parallèlement à ces campus, la préfecture de Marrakech compte également plusieurs écoles privées comme Sup de Co ou encore HEM. Et c’est aussi dans la région de Marrakech Tensift Al Haouz que va être installée la première université polytechnique privée. Il s’agit de l’université Mohammed VI Polytechnique de Benguerir dont les installations nécessiteront plus de 200 millions de DH financés par les retours de dotation foncière de la «Ville verte Mohammed VI».
Cet établissement privé ambitionne de devenir un pôle du savoir et de la formation et hisser le pays au rang des Etats qui investissent dans la R&D. C’est dire l’importance et la technicité de son enseignement. L’université Mohammed VI pourra compter sur l’Ecole nationale des mines de Paris (ENSMP) pour la mise en place d’une Ecole de management industriel et aussi sur plusieurs partenariats des institutions de renommée comme HEC Paris.
 
Badra BERRISSOULE / L'economiste
حرر من طرف [المؤلف] في [التاريخ]
Badra BERRISSOULE / L'economiste

من هنا .. وهناك | أخبار | مراكش | جمعويات | منوعات | ثقافة وفن | رياضة | التعليم | الجامعة | الرأي | الأولى | فيديو | بحوث | واااتساب .. | إعلانات مبوبة | اعلانات | الوطنية


معرض صور



المراكشية على الفايسبوك

على التويتر

الاشتراك بالرسالة الاخبارية

المراكشية في مواقع التواصل