المراكشية : بوابة مراكش /
قضايا مراكش والمغرب بعيون محلية

Marrakech: Le musée, un lieu déserté par les Marocains

الاربعاء 19 مارس 2014

Vulgariser l’art! Thème essentiel dans un pays où les musées, galeries et événements artistiques n’accueillent quasiment que des visiteurs étrangers. Pour les Marocains, l’art reste un domaine élitiste. Le musée le plus visité au Maroc est celui du Jardin Majorelle à Marrakech, qui accueille chaque année quelque 75.000 visiteurs, tous quasi exclusivement étrangers. Invité par l’Université privée de Marrakech, qui communique ainsi sur son nouveau pôle de formation consacré à l’art, culture médias et audio-visuel, Mehdi Qotbi fait son état des lieux en tant que président de la Fondation nationale des musées (FNM). En citoyen convaincu du rôle de l’art dans le développement d’une société, sa nomination par le Roi permet une efficace coopération à l’international. Une convention signée avec le Musée du Louvre prévoit la restauration d'œuvres appartenant à des musées nationaux, qui seront exposées au Louvre cette année et à Rabat en 2015. Autre date importante, la création du musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat. “Une fierté, car ce sera la première construction marocaine. Tous les autres musées datent de l’époque des Français”, explique Qotbi. S’appuyer sur les jeunes générations est essentiel pour l’avenir. Inscrire des sorties dans les musées et l’éveil à l’art au programme scolaire du primaire, fait partie de la feuille de route de la Fondation, et ce dès la rentrée prochaine, avec le soutien du ministère de l’Education nationale. Autre mesure pour inciter les Marocains à se rendre au musée, la gratuité des entrées les vendredis et samedis, prévue par la Fondation. Le chantier est tel qu’il demandera du temps, en commençant, pour Qotbi, par “réhabiliter ce qui existe, comme les deux musées de Rabat qui, faute de moyens, sont mal entretenus. Une nouvelle scénographie en fera des lieux plus accueillants”. Quant à la démocratisation de l’art, elle passe notamment par des actions simples comme l’habillage d’une bouteille d’eau minérale par Qotbi ou l’œuvre du peintre offerte chaque année par L’Economiste.
L'argent étant le nerf de la guerre, Qotbi invite au mécénat et se félicite de voir de plus en plus de gens investir dans les œuvres d’art. Les besoins humains ne sont pas en reste puisqu’il n’existe aucune compétence dans la gestion des musées au Maroc. L’initiative de l’UPM d’ouvrir son pôle art permettra de changer la donne.
Stéphanie JACOB /L'economiste
حرر من طرف [المؤلف] في [التاريخ]
Stéphanie JACOB /L'economiste

من هنا .. وهناك | أخبار | مراكش | جمعويات | منوعات | ثقافة وفن | رياضة | التعليم | الجامعة | الرأي | الأولى | فيديو | بحوث | واااتساب .. | إعلانات مبوبة | اعلانات | الوطنية


معرض صور



المراكشية على الفايسبوك

على التويتر

الاشتراك بالرسالة الاخبارية

المراكشية في مواقع التواصل